Des radios associatives pour podcasteur.se.s indés…

community radio
Community radio ou radio associative

Vous ici?

Je ne m’attendais pas à vous voir si tôt ! Dire-son, connu pour sa technologie de pointe et son esprit start-uper vous accueille aujourd’hui grâce à votre lien – de près ou de loin – au podcast ! Peut-être êtes-vous un internaute accro aux réseaux qui s’est perdu par ici, ou bien une marque désireuse de lancer son podcast (si c’est le cas, allez tout de suite à la page « contact » pour me parler du podcast de vos rêves…), ou sans doute êtes-vous un auditeur ou podcasteur indépendant naviguant solo tel un loup de mer ?

Ma boule de crystal y voit clair dans votre petit jeu…

Vous êtes en fait une radio associative 68-tarde, qui souhaite comprendre « qu’est-ce que c’est que ce bordel et cette mode qui tourne autour des podcasts » qui vient bousiller tout votre travail depuis quelques années. Ce format qui amène de la pub, du fric et de manière général appauvrit la qualité sonore…

A parier que vous êtes sûrement un peu des deux bords, si j’ai bien fait ma mailing list… Parce qu’en réalité, le monde de la radio ne s’oppose pas totalement à celui du podcast. Ils sont même très proches et c’est pour cela que je vous écris ici. Je vous sens réticent face à ce paragraphe introductif un peu fantasque, mais ne vous inquiétez pas, je ne cherche pas tant à vous convaincre, mais plutôt à comprendre pourquoi ces deux univers sont peu relié et comment construire des passerelles entre eux.

Radio assos : des studios gratuits à gogo !

Pourquoi, alors qu’il existe en France plus de 650 radios associatives en France dont 260 au CNRA (confédération nationale des radios associatives) et des milliers de podcasteuses et podcasteurs, rares sont ceux qui fréquentent les studios de ces radios à but non lucratif ?

La radio associative est la meilleure école qui soit pour apprendre à animer et à faire du montage audio. Elle aiguise l’esprit et les oreilles et tout ça de manière gratuite. Le principe de ces radios étant de donner le micro à tous, voire à n’importe qui souhaitant s’exprimer sur un sujet de manière intéressante et passionnée en échange de contenus fournis par ses bénévoles et une petite adhésion symbolique pour payer les frais de fonctionnement. (entretien du matériel, des locaux, paye des salariés s’il y en a, SACEM…).

Les valeurs portées par ces radios sont la communication de proximité mais aussi une alternative aux informations dites classiques : faire appel à la participation des bénévoles, implication citoyenne en terme de d’information, d’éducation aux médias et traiter des sujets ou l’actualité sous un angle qui n’est pas souvent montré dans les grandes chaînes d’informations en donnant la parole à ceux qui sont peu médiatisés par exemple… Et si la politique ne vous dit pas non plus, sachez que vous pouvez aussi traiter de tous les sujets : cinéma, littérature, musique bien sûr, pourvu que la manière dont vous amenez vos sujets soient différente (soit dans la sélection des oeuvres ou dans votre animation tout simplement).

studio radio

N’ayez crainte des vieux hippies têtus issues des radios pirates que vous pourrez rencontrer dans ces radios, ils peuvent ressembler à des dinosaures en apparence, mais ils vous mettront bien plus à l’amende sur les questions techniques, les blind-test et tout le reste en réalité…

Animez en direct : une expérience collective enrichissante !!!

Le must de tout animateur.rice c’est de vulgariser, de s’adresser à un public qui l’écoute en direct dans un même espace temps ! Je ne le répéterai jamais assez : il n’y a rien de tel pour s’améliorer que d’animer une émission en direct. Car on connaît tous les coups de gomme et de censure au montage, qui a tendance à effacer les « euh », les « d’accord » et les silences avant de relancer l’invité. Ils sont pratiques mais ils enlèvent toute spontanéité et mettent une distance entre l’auditeur et le journaliste, mais aussi entre l’invité et le journaliste parfois… Ce procédé de montage nous ayant sauvé la vie plus d’une fois, pourrait presque nous faire passer pour une Oprah Winfrey alors qu’en vrai, nous avons le charisme d’une huître… Et c’est pour cette raison qu’il faut l’éviter le plus souvent possible pour ce qui concerne les interviews.

La radio associative vous offre l’opportunité d’être cette personne qui anime avec sa pâte et sa personnalité. Elle permet aussi de pratiquer et de faire des erreurs sans que se soit la fin du monde. En mettant à disposition un studio et un.e technicien.ne (si c’est le grand luxe) pour que vous soyez tranquille et que vous n’ayez qu’à vous focaliser sur votre animation et votre contenu, l’expérience d’animation est plus vivante et collective ! « Elle est pô belle la vie? » comme dirait l’autre ? Ah non pardon, j’oubliais, les radios A comme on dit dans le jargon, ne sont pas très friande des pages publicitaires car elles se finance par diverses sources de revenues telles que les formations, les subventions, les adhésions bénévoles…

Quant aux podcasteurs indépendants, ils agissent plutôt en solo : ils enregistrent souvent avec leur petit zoom (roh encore une marque) et montent ensuite sur des logiciels libres pendant des heures… Au détriment du partage et de retours qui pourraient faire gagner beaucoup de temps. Sachez que mieux vous préparerez votre émission en amont dans des conditions de direct, moins vous aurez de travail de montage à faire par la suite !

Alors de grâce, courrez vite chez votre radio locale associative la plus proche pour apprendre de ceux qui savent et qui ont de l’expérience. Gagnez du temps et offrez de la visibilité à ces radios qui souffrent des baisses de subventions en ces temps difficiles et qui par la même occasion, met à mal la liberté d’expression, la diversité et la découverte musicale. Ce sont ces petites radios qui résistent encore aux grands médias majeurs et offrent d’autres perspectives que ce que certaines radios commerciales et privées nous servent.

Et surtout, tendez l’oreille vers l’autre

On pourrait croire que dans un monde où tout est de plus en plus binaire, la radio fm analogique se distingue drastiquement du podcast natif sur internet. Et pourtant… Ils ne sont pas si différents que ça : lorsqu’on voit que les différents festivals ou événements en rapport à la création sonore invitaient podcasteurices et animateurices tout confondus pour les éditions 2019-20. N’oublions pas qu’il s’agit d’audio tout d’abord et le médium n’est pas une fin en soi mais un moyen : celui de partager des histoires touchantes et intimes qui soient universelles bien que singulières. La radio s’intéresse aux passionnées : geek ou beaufs, peu importe leur style. Et le podcast s’attache à informer en faisant prendre conscience de sujets sociétaux autrement : écologie, antifacisme, numérique, éthique… Ce sont deux choses que je retrouve dans ces formats qui sont au final complémentaires, voire même similaires…

salon radio et audio digital 2020
Le salon de la radio devient « salon de la radio et de l’audio digital », édition 2020

Alors de grâce, radios associatives, s’il vous plaît, n’ayez crainte de la déferlante podcasts natifs. Pourquoi n’allez-vous pas chercher ces potentiels animateurs bénévoles pour les rallier à votre team ? Non seulement cela pourrait, comme je l’ai dis plus haut, diversifier vos revenus mais en plus, vous amener plus d’écoutes ou de trafic sur votre site et faire parler de vous… Pourquoi ne pas louer si besoin de manière ponctuelle vos studios pour les non-adhérents ? La transition vers la radio numérique terrestre est imminente, le MP3 a conquis le terrain depuis des années avec les toutes puissantes plateformes de streaming jouant à la place de la radio. Pourquoi ne pas sauter les pieds joints dans cette énième transition avec les podcasteurice.s et entamer cette mutation numérique en éduquant, sensibilisant à la qualité audio, au travail artisanal et de fourmi, en transmettant à des gens qui ne demandent qu’à apprendre et vous connaître ? Si seulement ils étaient au courant de votre existence… Pourquoi ne pas accompagner ces nouveaux acteurs et ne pas s’adapter aux nouvelles pratiques d’écoutes que sont la radio sur internet, les applis podcasts à toute heure et les programmes à la carte ?

Un grand travail de communication doit se faire car ce n’est pas parce que nous sommes des radios au service des autres, que nous ne devons pas faire l’auto-promo de notre travail… Car si nous ne communiquons pas, qui nous écoutera encore?

Sur ces belles paroles, je retourne au montage de l’émission, euh non, du podcast. Enfin… vous avez compris quoi !!

😉