ça boom ?

PODCAST IS THE NEW FEMINISM

Si le mot « podcast » est un nom masculin qui a fait son entrée dans le Larousse en 2010, il a surtout émergé avec la présence de voix masculine (en majorité, 54% des podcasteurs sont des hommes) sur la bande FM et sur internet. Pourtant, nous avons quelques pistes qui pourraient nous faire penser que le podcast est THE média féminin.iste par excellence…

Tout d’abord, revenons aux racines du podcast : la FM

collectif radiorageuse

Le monde des radios libres et des radios associatives foisonnant dans les 80’s jusqu’à maintenant a ouvert ses studios à des émissions alternatives, aux contenus et informations sortant des sentiers battus. C’est dans cette mouvance qu’une poignée de femmes se sont lancées dans l’animation bénévole d’émissions : littéraires, musicales, cinéma, écologiques, féministes, militantes ou pas. On y retrouve par exemple la cultissime Femmes libres : émission créée en 1986 jusqu’à 2013 emmenée par Nelly Trumel, anarchiste et féministe sur Radio libertaire. Tandis que dans les radios commerciales il y a encore beaucoup plus d’hommes animateurs que de femmes, (49% d’animateur selon le CSA en 2018) le constat reste malheureusement le même dans les radios associatives, alors qu’on voit fleurir dans les années 2000 l’apparition d’émissions radio féministes et/ou queer.

Le collectif radiorageuses a d’ailleurs rassemblé une nébuleuse d’émissions qui déconstruisent les genres avec par exemple « Le gang des gazières » sur Radio Galère à Marseille, ou « Le courrier du coeur du cul » sur Radio Panik en Belgique. Les précurseuses de l’émission « Dégenré-e » à Grenoble ont ainsi planté le décor dans le paysage féministe/anarchiste et souffle ses 15 bougies… Même si les femmes sont toujours moins nombreuses à l’antenne à l’aube de 2020, nous sommes persuadés que c’est ce terrain fertile des radios locales, associatives et politiques qui ont permis de semer des graines de podcasts féministes dans le format audio numérique.

emission podcast queer hybride

Puis la vague féministe a surfé sur le podcast

Contribuant à l’empowerment des femmes en donnant plus de visibilité aux figures féminines parmi les invités, mais aussi dans la team présentatrice, le monde du podcast se construit sur des bases et des représentations positives de la femme actrice de sa vie. En témoigne Génération XX qui a débuté en 2016 avec Siham Jibril qui va à la rencontre de femmes entrepreneuses, créatrice et engagées. Elle les interroge sur leurs initiatives, leur parcours atypiques, leur doutes… Une invité nouvelle explique ainsi son projet dans chaque épisode (il y en a 70) avec qui les auditrices pourront s’identifier…

generation xx

Au même moment naissait aussi le projet « La Poudre » qu’on ne présente plus dans le milieu féministe, présenté par la journaliste Lauren Bastide. Elle fait parler des femmes fortes dans leur domaine et s’adresse à plus de cent mille auditeur.trice.s fidèl.es et captif.ve.s. Au micro de ces deux femmes : Julie Hamaïde de Koï Magazine, l’écrivaine Faïza Guene, Sarah Ouhramoune boxeuse professionnelle, Myriam Levain fondatrice de Cheek Magazine, Houda Benyamina réalisatrice de Divines… Ces podcasts ont inspiré et continuent d’inspirer de nombreux.ses auditeur.trice.s en leur montrant moult modèles et références de parcours féminins et attirent donc un public résolument féminin.iste.

Une sororité en marche : des podcasteuses indé aux girls shows

Devant tant d’engouement pour ces émissions, de nombreuses auditrices et journalistes se sont lancées dans l’aventure podcast en tant qu’animatrices avec des émissions parlant de sujets divers et variés… Mais on retrouve aussi et surtout des podcasts très lgbt+ friendly et féministes comme : « un podcast à soi » sous forme d’enquête sur les féminités sur Arté Radio, « Miroir miroir » qui déconstruit les normes de beauté, ou « Entre nos lèvres » qui interroge les sexualités sans tabou à travers des portraits. Le format podcast étant libre et intimiste et la production étant moins lourde qu’à la radio, de nombreuses femmes se convertissent à l’audio et squattent le web en indépendantes. (Si bien qu’on peut même trouver des tutos audios pour devenir podcasteurs.es dans « Les Coulisses » animée par deux femmes (encore !) qui partagent leur tips en tant que newbies dans la profession.)

Dans la catégorie émission duo d’animatrices ou bande de filles on aborde des sujets importants dans le féminisme tels que bodyshaming, grossophobie, genre, contraception, charges mentales, harcèlement de rue empowerment et représentations des minorités… Que de sujets dans l’ère du temps qui symbolisent des revendications fortes pour la 3e vague féministe surtout après Metoo ou bien la ligue du lol. N’oublions pas donc, de citer « Quoi de meuf« , « Mycose the night » avec Elodie Font une ancienne de Radio Nova et Klaire fait grr. Mais aussi l’excellent « Yesss » qui a fait son apparition l’an dernier avec aux manettes Anaïs Bourdet, l’initiatrice du fameux projet « Paye ta schnek« , qui partage des punchlines ou conseils pour remballer les relous face à des situations de violences sexistes. Bien sûr la liste des émissions est non exhaustive et on pourrait aussi citer d’excellents documentaires sur la masturbation féminine « les mots du plaisir » ou « Traverser les forêts » sur la non-place des femmes dans l’espace public réalisée par d’excellentes autrices… Mais ceci fera l’objet d’autres articles.

Yesss podcast

En somme, vous l’avez compris, le PAF du numérique audio est bel et bien féminin malgré une petite majorité d’audience et de podcasteurs masculin, on entend bien faire de ce média celui de la parité. Est-ce un hasard si les trois plus grands studios de productions de podcasts sont fondés principalement par des femmes ? Gabrielle Boeri-Charles entre autres chez Binge audio, Lauren Bastide co-fondatrice de Nouvelles Ecoutes mais surtout Melissa Bounoua et Charlotte Pudlowski à la tête de Louie Media.

Espérons que cela se confirmera dans l’avenir… !

Pour aller plus loin, écouter cette émission sur RFI : http://www.rfi.fr/emission/20180915-quand-le-feminisme-rencontre-le-podcast

3 podcasts dans ses bagages

Sound

A l’annonce du 2nd Paris Podcast Festival, on vous conseille vite de vous mettre à la page. Abandonnez votre playlist qui tourne en boucle depuis un an dans le téléphone et laissez-vous aller à la tentation podcast?

Bien sûr on vous sent venir avec vos excuses du genre « bah, j’suis pas trop radio moi… » ou du genre « non mais j’arrive pas à me concentrer plus de 5 minutes alors c’est mort ». Que nenni. Le monde des podcasts est aussi vaste que celui des internets et on y trouve de tout : du fooding à la mode en passant par l’histoire, la tech, le cinéma, les voyages, le sport…Vous trouverez forcément des sujets qui vous intéressent et dans tous les formats sous forme d’histoire ou d’interviews, de reportages ou de tables rondes… A vous de choisir : de 3minutes à 3heures, l’éventail est laaaaarge!

Ne vous inquiétez pas, laissez vous guider, Dire-son vous a concocté un TOP 3 des meilleurs émissions « TALK ». Des interviews qui ont suscité de grandes réflexions et qui d’après nous, sont les trois podcasts indispensables dans votre bibliothèque.

# 1 : « Les couilles sur la table »– produit par Binge Audio

Mes couilles sur la table

Attention sous ce titre un peu beauf se cache une vraie pépite pour les passionnées d’études de genres. Victoire Truaillon, journaliste hors pair, est une véritable mine d’or et sait remarquablement bien mener ses interviews en faisant parler des spécialistes au sujet des masculinités. (porno gay, villes viriles, orgasmes masculins…) « Oh nan ! encore un truc de féministes !  » Penserez-vous ? Et bien oui. Mais c’est tout aussi important de comprendre comment se construisent les masculinités pour comprendre les rapports de dominations entre homme et femmes mais aussi entre hommes. On ne naît pas homme, on le devient, virilité ou non. De super réflexions qui peuvent en décomplexer plus d’un.es !

# 2 : « A la dérive » sur Radio Nova dimanche à 18h

à la dérive

Pour les amoureux de cartes postales sonores et mélomanes, « à la dérive » est pour vous ! C’est un véritable souffle de vent frais pour la radio puisque l’émission réinvente les codes de l’interview. Animé depuis trois ans par Aurélie Sfez qui décrit somptueusement bien les émotions et les lieux, la journaliste s’immisce dans le quotidien des artistes et l’auditeur avec. On se retrouve propulsé dans l’univers – sonore- rien qu’à l’écoute des personnes qu’elle interviewe tout en flânant avec eux : le voggueur /rappeur Kiddy Smile qui l’emmène à la hall st Pierre chercher des tissus pour la confection de ses costumes, la dj Deena Abdelwahed dans un café entre copine, Anne Pacéo dans son garage de 3m2 où elle répète sa batterie, Flavien Berger dans son studio / appartement bruxellois qui nous fait découvrir ses k7 confidentielles… Dernièrement, les britanniques de Métronomy seront ses invités. Des ba(l)lades sonores et intimes où l’on s’invite à la table des artistes : A écouter aussi la sulfureuse et provoc’ Lydia Lunch, initiatrice du mouvement culturel underground et no wav.

# 3 : « Entre » – produit par Louie Media

Entre

Charlotte Pudlowski, ancienne rédactrice en chef à Slate et co-fondatrice du studio Louie Media, donne la parole à Justine une préado qui lui confie son quotidien : ses amitiés, son rapport au corps, l’amour, l’avenir, le harcèlement scolaire. Elle partage avec nous ses réflexions sur grandir et le bouleversement que provoque chez elle l’arrivée au collège. Un bond dans le passé qui nous attendrit et nous réconcilie avec notre enfant intérieur. D’une maturité incroyable pour son âge, elle nous offre une façon de re-voir le monde avec sincérité, innocence et clairvoyance.

Et voilà, vous n’avez plus qu’à vous y mettre en allant directement sur les sites internets concernés en streaming ou via des applications podcasts : Acast, podcast addicts, Itunes…

Pour terminer, nous vous livrons un petit secret : le prochain podcast de Dire-son intitulé « Bullied » sortira le 5 août et c’est aussi une série d’interviews. On donnera la parole à de jeunes adultes qui ont vécu du harcèlement scolaire et qui nous parleront de leur parcours de combattants : des chemins jonchés d’embûches lorsqu’on ne colle pas à la norme. En espérant qu’il vous plaira et que notre sélection en ravira quelques-uns… !

Et bien ça y est, vous êtes prêts à tailler la route pour vos vacances avec tout ça. Et pour tous ceux qui restent chez eux cet été, toutes nos excuses ! Mais le podcast est un super moyen de se dépayser et de voyager d’une certaine manière… Si on vous a conseillé d’emporter avec vous des podcasts dans vos bagages, on ne peut que vous recommander d’en écouter partout quoiqu’il arrive car il y a beaucoup « de bagage dans les podcasts »…

🙂

Bonne écoute !

Podcast killed the Radio

Alors que la radio FM est en pleine mutation du fait de l’arrivée de la RNT (radio numérique terrestre) qui remplacera notre bonne vieille radio analogique, on peut se demander quel est l’avenir de la radio…

Ne parlons pas du boom des podcasts natifs grâce au streaming sur nos ordis, aux applis smartphones et autres amis intelligents qui réinventent le paysage sonore et médiatique de l’information audio. De nouvelles manières de consommer et d’écouter la musique émergent, les émissions et les formats changent. Les pratiques d’écoute aussi… Internet a complètement bouleversé les manières d’utiliser la radio.

C’est pourquoi, après plusieurs années en radio associative, je me lance dans le podcast indépendant.

Pourquoi ? Parce que le podcast n’a jamais été aussi adéquat à nos manières de vivre et de consommer ! Il est LA trace sonore que l’auditeur peut garder pour écouter plus tard : le lendemain voire dans deux ans quand ça lui chantera au volant ou en buvant.

Il y a très peu de gens qui écoutent la radio en direct. Nos vies surchargées, nos FOMO font qu’aujourd’hui plus personne ne peut écouter son émission préférée au moment précis de sa diffusion. Les médias l’ont bien compris! Avec le podcast ou les replays pour les chaîne tv, fini les contraintes horaires qui vous font manquer un programme. De plus, sans podcast en rediffusion ni textes ni photos, pas moyen de promouvoir son émission nulle part.

Une étude Médiamétrie sur les pratiques d’écoute a montré que « les podcasts connaissent un succès croissant : chaque mois, les podcasteurs téléchargent en moyenne 16,9 podcasts et en écoutent 13,7, soit un taux de conversion élevé de 81%. » déclare Laure Osmanian Molinero consultante en industrie des médias. * France Inter l’a bien compris puisqu’elle est la première radio à se placer dans cette reconversion numérique.

Alors, si personne n’écoute plus sa radio via son poste auto ou sa chaîne hi-fi, à quoi bon continuer de diffuser en FM ? Si chacun choisit ses programmes à la cartes pour écouter où bon lui semble et quand ça lui chante, faut-il continuer à diffuser sur les ondes ? Si le podcast s’affranchit des contraintes de formats et des lourds dispositifs onéreux, pourquoi continuer de faire de la radio ? Le podcast permet encore plus de démocratiser la parole en offrant une multitude de diversité de voix, de sujets et de thèmes passionnants : du généraliste à la niche, du professionnel à l’amateur, du payant au gratuit… De nouveaux acteurs culturels et économiques émergent et modèlent petit à petit le podcast, qui se doit d’être plus créatif.

Mais pas de panique, ce n’est pas pour autant que la radio va disparaître ! Nous revivons en ce moment les mêmes choses que le 9 novembre 1981 où Mitterand mettait fin au monopôle de la sainte radio et télévision de l’Etat : le mouvement des radios libres et pirates s’emparaient des sujets de société et libérait les ondes. C’est une effervescence qui a permis à de nombreux programmes d’émerger sur internet sans pour autant détrôner Radio France, la première chaîne radio de France. Et heureusement !

Alors même si mon coeur reste fidèle aux tendres jingles de la radio, à la musique indé en aléatoire et aux charmes des émissions en direct, voilà les raisons pour lesquels je navigue sur les internets pour explorer de nouvelles vagues avec les podcasts. Allons-y, n’ayons pas peur, libérons les podcasts ! PIRATE !